• Ultra-Raid VTT 360 - Domfront (61) - 25 et 26 Juin 2016

    Il y a un an environ, j'avais entendu parler de ce projet un peu fou du club VTT de Domfront (suite à l'organisation de la Maxi-Verte) de créer cette épreuve, qui comme son nom l'indique, se dispute sur 360 km. Une épreuve longue distance à 20 km de la maison, c'était bien tentant, mais rien était encore décidé.

    Lors du lancement des inscriptions, en novembre 2015, je me suis dit en voyant l'information sur Facebook qu'il allait falloir réfléchir sur l'inscription ou non à ce ultra-raid VTT. Mais quelques heures plus tard (le jour-même du lancement des inscriptions), j'apprends que 70 personnes se sont déjà inscrits en solo (pour 100 places). La réflexion est donc rapide, et je m'inscris. Pour l'entraînement, on verra plus tard !

    Début 2016, l'organisation de Suisse Normande Le Raid a pris beaucoup (beaucoup) de temps et donc d'heures possibles pour l'entraînement. Même si la forme était plutôt bonne sur les raids, il risque de manquer des heures de selle pour ce genre d'épreuve. En faisant le compte ce week-end (on a le temps de réfléchir pendant 360 km !), je me suis rendu compte que j'ai dû faire entre 800 et 900 km en VTT (raids inclus) et 200 km de vélo de route en 2016. Un peu léger pour s'engager sur une telle distance, mais j'aime bien ce type de défi.

    Pasta-party et briefing le vendredi soir, je retrouve plusieurs raideurs (Christine, Hervé, Daniel et un peu plus tard Judi) et quelques cyclistes locaux, notamment Laurent et Stéphane (qui était chez les PSN en 2015 et participe régulièrement l'hiver aux C.O nocturnes dans la région). On nous annonce des chemins plutôt gras, ce qui était prévisible avec les orages des dernières semaines. Le concept est simple, une boucle Ouest (90 km) puis une boucle Est (90 km) , puis ces deux mêmes boucles en sens inverse. L'épreuve est une rando chronométrée avec des pointages et ravitaillements tous les 30 kilomètres.

    Réveil 4h30, p'tit déj' et départ à 5h30 pour les 121 solos et les duos (2 × 180 km). Les quatros (4 × 90 km), à priori plus rapides, partiront à 8h30. L'éclairage n'est pas obligatoire pour le début, mais je ne regrette pas de l'avoir sur le vélo pour les parties en sous-bois. Après une petite erreur de parcours dans le bas de Domfront, on reprend la voie verte pour 4-5 kilomètres où ça roule vite. Au bout d'une dizaine de kilomètres, je me retrouve avec deux cyclistes de Flers, Sylvain et Frédéric. On fera le reste de la première section ensemble à un bon rythme. Il y a quelques passages gras et un peu de dénivelé, mais cela passe plutôt bien. On rejoint la première base de vie au km 30 à Ger. On rejoint un gars de Limoges arrivé juste avant. Ravitaillement rapide et je repars avec lui. Mais il lâche d'un coup au bout de 5 km. Je me retrouve donc tout seul (il n'y a personne devant). Tout s'enchaîne bien, on récupère un long bout de voie verte (5 km) vers Mortain puis on monte jusqu'à la petite chapelle. Descente sympa ensuite en direction de Rancoudray. Frédéric me rejoint et on termine les 3-4 derniers kilomètres de la section ensemble. Petite pause au km 60 et je repars tout seul (Frédéric attend son équipier Sylvain), mais je croise Judi qui arrive à la base de vie. Cette troisième section de 30 km est très sympa avec un passage à la Fosse Arthour. On passe dans le parc d'un joli manoir, puis le parcours nous fait traverser une longue portion herbeuse où il faut faire la trace ; c'est bien physique. Une belle descente pour revenir sur Domfront, mais il faut ensuite remonter dans la ville médiévale (donc tout en haut), avant de plonger vers la zone de départ/arrivée. Première boucle réalisée en 5h01 (beaucoup plus rapide que prévu), Judi arrive 2 minutes derrière.

    Une petite portion de pâtes et on repart ensemble pour la boucle Est. On a quelques hésitations avec des flèches qui nous font douter sur le sens de rotation (flèches "normales" pour la boucle 2 / flèches avec bandes réfléchissantes pour la boucle 4). Autour du 110ème kilomètre, je sens que Judi est un cran au-dessus, mais il m'attend. Je lui propose plusieurs fois de rouler à son rythme, mais s'il se retrouve seul, il craint de ne pas trouver la motivation pour poursuivre au-delà de 180 km. On rejoint la base vie du km 120 à Tessé. Encore quelques pâtes et on file pour une belle descente et un joli enchaînement à Bagnoles de l'Orne. La portion suivante dans la forêt des Andaines est bien grasse (et encore il n'y a encore eu trop de passages de vélo). On se dit que cela sera compliqué dans l'autre sens au bout de 300 km (et sans doute de nuit). On rejoint la base de vie du km 150 à la Sauvagère, où je commence à sentir les kilomètres, contrairement à Judi qui est frais (logique il est en sous-régime). Petite réparation (resserrage d'un moyeu) pour Judi et nettoyage des vélos (ce sera la seule fois du raid pour moi). 

     Article complet sur ouest-france.fr

    La dernière section de la boucle est assez roulante avec pas mal de petites routes au début. Cela me permet de récupérer un peu de jus, mais la remontée sur Domfront permet à Judi de prendre un peu d'avance. Déjà 180 km en 10h50, les suivants sont le duo mixte Martine et Jérôme, des habitués des épreuves VTT marathon, qui sont à 15 minutes derrière. Avec notre transition (ravitaillement, changement de tenue, éclairage), Martine repart 2 minutes avant nous. Assez vite, l'écart entre Judi et moi se creuse dès que cela devient difficile. Je l'encourage à rouler à son rythme, et il s'envole à la poursuite de son objectif des moins de 24 heures. Je poursuis à mon rythme, de manière assez régulière. Je prends une grosse chute (glissade dans la boue) et je me retrouve dans une grosse flaque d'eau boueuse, même le visage et l'éclairage sur le vélo, sympa ! J'ai froid pendant quelques kilomètres avant d'arriver à la base de vie de Rancoudray au km 210. Ce sera la seule fois où j'aurai du mal à me ravitailler. Je mange quand même un demi-sandwich fait maison (le pain complet au ravito était très bon, mais pas forcément facile à mastiquer avec l'effort). Je repars au bout de 3 minutes pour ne pas attraper froid. La remontée sur Mortain jusqu'à la petite chapelle passe sur le vélo, à l'exception des trois derniers mètres. Le profil est ensuite plat ou descendant pendant un bon moment et les kilomètres défilent bien. La fin de section est plus difficile et je suis bien content d'arriver à Ger, à la base de vie du km 240 (15 heures de course). Lors de la fin de troisième boucle, un peu après Lonlay l'Abbaye, je me fais doubler par la deuxième équipe en duo. Échange sympa avec ce coureur, qui me demande si j'ai besoin de quelque chose. Je termine cette section à la tombée de la nuit, par une nouvelle montée raide dans le haut de Domfront (par un chemin cette fois). Cela fait 17h09 que je suis parti et 270 km parcourus (Judi a 50 minutes d'avance). 

    Petite pause d'un quart d'heure pour se ravitailler, changer de maillot et mettre une veste coupe-vent et c'est reparti. Ce n'est pas le moment de traîner, car je sais que mon rythme sur le vélo va baisser, autant ne pas trop perdre de temps aux transitions. Habituellement, j'adore le VTT de nuit mais là je me dis que ça risque d'être long. Mon petit espoir de faire moins de 24 h disparaît au km 300 à la Sauvagère (où je repasse sur une moyenne légèrement inférieure à 15 km/h). Cette section m'a permis de voir beaucoup d'animaux, et notamment trois courses poursuites à 25-30 km/h (en faux-plat descendant !) avec un renard et deux blaireaux. A cette base de vie, je me renseigne pour la première fois sur les écarts derrière (c'est long tout seul). J'apprends qu'au départ de Domfront (km 270) Olivier T était 1 heure derrière et Guillaume W (un triathlète spécialiste des ironman) à 1 heure 40. Cette section est comme prévu une des plus difficiles avec la boue et les passages des VTT en sens inverse lors de la boucle 2. Un vrai chantier, où il faut passer régulièrement à pied. Je retrouve ponctuellement de bonnes jambes mais ça ne dure jamais longtemps. Une dernière montée à pied permet de rejoindre la base de vie du km 330 à Tessé. Il y a de la lumière et de la musique, mais tout le monde dort ! Je commence à me ravitailler, puis un bénévole sort de la tente. Ils avaient bien prévu mon passage pour cet horaire (c'est vraiment top le système de suivi) mais ils n'avaient pas entendu leur réveil (bizarre à 4h du matin !!). Une petite soupe chaude et c'est reparti pour la dernière portion. Je gère le matériel (ce n'est pas le moment de casser une chaîne ou un dérailleur dans la boue) et le bonhomme, en choisissant de monter un peu plus de bosses à pied plutôt qu'en vélo. Après le passage à Juvigny-sous-Andaine, cela s'annonce bien, je n'ai pas du tout sommeil, les jambes tournent toujours (pas très vite mais régulièrement). Dans une longue ligne droite sur le GR, il n'y a pas de flèches, ni de rubalises de rappel, bizarre. Puis une flèche du parcours en sens inverse, qui semble indiquer que nous venions de la gauche. J'attaque donc la descente en chemin, puis sur la route, avant de retrouver un marquage qui ne correspond pas (sens inverse). Je sors finalement ma carte de secours (ce que j'aurai dû faire avant !!) et comprend mon erreur. Retour sur le circuit mais un bon quart d'heure de perdu et 3 km supplémentaires (quand on aime on ne compte pas !). La fin se fera sans encombre avec le retour de la lumière du jour et une arrivée au bout de 25h16 de course. Judi aura bouclé ces 360 km en 23h06, à peine un quart d'heure derrière les deux premiers duos, un grand bravo à lui. Derrière moi, Guillaume W aura fait une superbe remontée sur la boucle 4 et termine en 25h54.

    Au final, 46 solos (sur 121) sont finishers du 360 km, ainsi que 9 duos (sur 23) et 12 quatros (sur 13). Du côté des raideurs, hormis Judi (VTT Compiégnois) et moi, Daniel (Extrême Aventure) est également finisher en 30h16, tout comme Hervé et Christine (Team Sportera) en 33h13, Christine étant d'ailleurs la seule féminine à être allée au bout des 360 km.

    Le pointage à l'arrivée : http://ur360.alwaysdata.net/index.php?page=lieu.php?lieu=15_TOUTE

    Stéphane, adhérent chez les P'tits Suisses en 2015, termine également l'épreuve (en 29h27) en compagnie de ses compères flériens, Laurent et Gwenaël. Une belle vidéo de leur arrivée : 

    Article complet sur ouest-france.fr

    Pour terminer, un grand bravo aux organisateurs pour nous avoir proposé une telle épreuve dans la région. Un superbe parcours, bien équilibré entre des portions roulantes, des passages plus techniques et parfois boueux (vive la Normandie !). Merci à tous les bénévoles pour leur gentillesse, leur dévouement et leurs encouragements pendant tout le week-end. Une pensée particulière pour Sylvain (que je ne connais pas directement) à qui je souhaite un bon rétablissement.

     

    Place maintenant à la récup' avant le prochain objectif, le Championnat de France des Raids (Aventure Dauphinoise) du 14 au 16 juillet du côté de Chamrousse (Isère). Au programme, 170 km et 8300 mètres de dénivelé positif. Cette année, je ferai équipe avec Julien Le Borgne et Arnaud Le Lay (West Orient Raid). Une belle aventure qui s'annonce ...