• Défi des 100 Balises - Forêt de Villecartier (35) - Dimanche 6 Décembre

    Épreuve classique du mois de décembre, le Défi des 100 Balises était organisé cette année en forêt de Villecartier par le CRCO (Club Rennais de Course d'Orientation). Quatre parcours au programme : 100 balises (21,5 km postes à postes), 70 balises (15 km), 30 balises long (9,5 km) et 30  balises court (6,5 km). 

    Malgré le peu d'entraînement en ce moment, je m'inscris sur le parcours des 100 balises (quitte à faire le déplacement, autant en profiter un peu !). On retrouve quelques têtes connues sur la ligne, mais pas de grand favori comme cela arrive habituellement.

    La première balise est très loin, on part sur un chemin large en faux plat montant pendant près de 2 km. Ça étire le paquet. Je suis devant en compagnie de David (Chantonnay Raid), mais il y a du monde derrière ! On commence par une série de papillons (boucles à faire dans des ordres différents selon les concurrents) qui permet de ne pas trop se suivre. Pas de souci sur l'orientation, je sors avec une légère avance de cet enchaînement. Déjà 17 balises. Balise 18 OK, puis une belle gamelle en repartant du poste (une racine bien cachée). On se retrouve à 3 sur le poste suivant. Je tente une coupe qui aurait pu s'avérer payante mais je perds mes repères en sortant de la zone de layons (j'aperçois Sylvain et David, mais je ne sais pas s'ils ont dépassé ou pas la balise). Je me recale, ce qui permet à quelques gars de revenir derrière. Nouveaux papillons entre les balises 20 et 28. Quelques petites approximations me font perdre des secondes. 

    Je me retrouve avec Cédric (Tiffauges Sport Nature) pour la liaison suivante, puis Gaël (West Orient Raid) et un gars de Poitiers nous rejoignent. Les balises s'enchaînent bien. On est à quatre avec des choix proches mais pas toujours identiques. Le gars de Poitiers semble un peu plus juste physiquement, il finira par lâcher prise. Sur la balise 55, on rattrape David et Sylvain qui étaient en tête et on prend un peu d'avance avec Gaël. Petite approximation pour trouver la 59, balise centrale d'un nouveau papillon. On se regroupe finalement à 5 à la sortie de cet enchaînement et on file vers la zone de départ/arrivée car la première boucle de 70 balises est terminée.

    On repart légèrement en tête avec Sylvain pour une nouvelle longue liaison sur la boucle de 30 balises. Une légère erreur d'azimut permettra à Gaël de recoller, puis on file vers un gros papillon entre les balises 6 et 18. J'ai le même parcours que Cédric et Gaël, alors que Sylvain et David sont ensemble. Pas de grosse erreur d'orientation, mais quelques légers décalages de temps en temps. Sylvain et David ressortent avec une trentaine de secondes d'avance. On commence à bien sentir la fatigue dans la montée entre les balises 19 et 20. Petite erreur pour moi (Cédric est juste derrière) pour rejoindre la balise 22 (que l'on a déjà pointée 3 fois dans la boucle des 70 balises - balise centrale d'un papillon). Gaël a pris un peu d'avance, pas sûr de le revoir. Ça jardine un peu sur la 25, que je pointe en 2ème position (Sylvain est devant). On a donc repris Gaël et David. Nous sommes donc à 4 pour les 5 dernières balises. Les jambes piquent mais personne ne lâche. La descente après la 28 permet finalement de créer quelques petits écarts. Tout le monde termine donc au sprint, et nous sommes donc 5 en moins d'une minute, Sylvain étant arrivé 34 secondes devant. Une très belle bagarre, dans un bon état d'esprit, sur un parcours agréable mais finalement peu sélectif (la carte est très "blanche").

    Classement final :

       1 - Sylvain Arribard (Plancoet Emeraude Aventure) en 2h44'03"
      2 - Cédric Brisson (Tiffauges Sport Nature) en 2h44'37''
      3 - David Pineau (Chantonnay Raid) en 2h44'48''
      4 - Thibaut Ruamps (Les Petits Suisses Normands) en 2h44'57''
      5 - Stéphane Berthelot (Poitiers C.O) en 3h14'23''

    Gaël Terrien (West Orient Raid) qui termine en 2h45'01'' a finalement une balise manquante (la 62). Bizarre, mais dans ces enchaînements de balises proches, ça peut arriver (je crois qu'il était un peu devant moi à ce moment).