• Ca Te Dit Night Fever - samedi 09 janvier 2016

    10 ème édition de la CTDNF, la doyenne des courses d'orientation nocturne du challenge Calvad'O Night. Ca se fête ! 

    La pluie était au rendez-vous pour arroser ça.

    Nous étions 8 équipes engagées sur 4 des 5 circuits. Pas de podium au scratch cette fois çi pour les 20 petits suisses présents mais une victoire sur le 15 km de l'équipe féminine composée de Sophie Boutbal et Sandra Lemelle. Une deuxième place chez les hommes sur le 10 km avec les frères Le Bigot Denis et Guillaume.

    Prochain rendez-vous à la fin du mois avec la noct'o caennaise. Des circuits plus urbains de 7 à 20 km.

    Le récit de Jean (PSN 50 à la 1 sur le 10 km)

    Il y a des soirs où je ne fais pas les choses à moitié.  Les enfants m'adressent toujours la parole mais il ne faudra pas renouveler l'exploit. 2 PM pour débuter l'année. C'est du haut niveau. La faute à beaucoup de précipitation pour aller vite et vérifier qu'on est toujours 3 mais un petit coup d'oeil supplémentaire à la carte nous ferait gagner du temps. Que ça me serve de leçon.
    Sinon nous étions assez satisfait de notre course. Thibaut au doigt et Mathieu et moi à la carte. Le départ fut laborieux avec 3 pannes de frontales en 7' pour moi (le début des ennuis ?). Je suis les gars car je ne vois pas ma carte puis je prends ma frontale de rechange à la 207 mais l'éclairage est médiocre et cela me gênera sur la seconde partie en sous bois.
    Tout s'enchaine bien dans St André nous avançons avec prudence dans les rues. Mathieu me remet dans le droit chemin à 2 reprises. Dès que l'occasion se présente ont essaye de dérouler. Les jambes sont là et Thibaut peut faire de bonne pointes comme pour la 206 mais c'est le déluge à ce moment. Étonnement un bon souvenir pour les garçons. Nous rattrapons Laurent et Gaspar et la première boulette arrive. Je demande à Mathieu de monter vers la 1 alors qu'il me fait remarquer qu'il nous en manque une dans la chasse aux postes. Je ne l'écoute pas, je pars devant dans la cote (comme un c..) et c'est un premier PM dans la besace. On arrive à bien courir par la suite (les temps poste à poste ne sont pas si mauvais) mais je fais une mauvaise approche sur la 5. Je jardine et c'est Mathieu qui nous trouve le poste. Nous sommes un peu échaudé par cette perte de temps (1 à 2') et la suite est moins rapide. A nouveau une erreur pour attaquer la 8 et ce sont des minutes de perdues. Du coup on va encore plus ralentir l'allure pour éviter ces erreurs à répétition. Les gars diront après course que ça n'avancait pas si vite en comparaison avec Vire. Je mène sur les postes suivants. Thibaut fait de belles grimpettes et glissades. Il en garde des cicatrices sur ses mains.
    A partir de la 16 j'oblige les gars à tout donner (ben faut bien rattraper le retard, non ?) mais je prépare à nouveau un PM en ne regardant plus la carte avec attention. On avance bien de la 17 à la 18 puis je fonce sur l'arrivée. Et hop 20' pour la 19 oubliée. Dommage elle était à 30m.

    Court ou long, ça reste problématique d'orienter proprement pour moi.
    Je vais reprendre ma pagaie. .... Comment ça ce n'est pas mieux ?!

     

    Le récit d'Arno

    Pour notre part (Fred Thouras et moi) : Marath'O donné pour 42 km et 100 balises !! 16 h : briefing clair et précis de la paire Loïc et Mouss :  16h15 : distribution des 6 cartes A3 (ouf !!!) et traçage dans la salle. Pour notre part, après avoir remis les cartes à peu près comme il faut, traçage approximatif afin de ne pas perdre trop de temps de jour pour aller commencer à trainer dans le bois de Feuguerolles. Les balises s'enchaînent bien. Nous prenons la précaution de barrer sur les définitions de poste toutes les balises que nous prenons mais le déluge que nous prenons au bout d'une heure et demie de course nous obligent à laisser tomber cette idée et faisons attention à protéger nos cartes (pas d'exemplaire Pretex hélàs). Nous trouvons assez aisément l'ensemble des balises sauf une ou deux où l'on jardine un peu. Notre rythme de progression est assez correct : on court gentiment sans se mettre dans le rouge mais sans doute que notre itinéraire n'est pas idéal. Au bout de 7h20 nous arrivons au gymnase avec toutes les balises (ouf !!) et finissons alors cette superbe course en 12ème position. Pour ma part un bon souvenir de course sympa et décontracté avec Fred. Un beau parcours concocté par l'ami Eric Pigeon. Des jambes un peu lourdes le lendemain : j'ai pris 20 ans d'un coup !!!

     Le récit de Laurent Ligot (10km)

    Une belle leçon d'orientation pour moi !!!
    Gaspar ayant galéré sur la fin de la Virée Nocturne (il voulait continuer à orienter sans avoir la lucidité nécessaire), les choses se sont inversées hier.
    Sur la partie ville, Gaspar oriente et tout s'enchaîne bien. Nous avons la malchance d'avoir plié notre carte de manière identique et aucun de nous ne voit la 214 (en bas à droite de la carte et au moment ou il pleut des cordes). Jeannot et ses boys nous allument dans la dernière côte avant d’entamer la partie imposée, et je vois bien qu'il va faire un PM. Trop tard pour le prévenir puisqu'il nous a déjà mis 150m.

    Le bois de Feuguerolles, je le connais très bien, je décide donc d'orienter. Première boulette en oubliant la 6, Gaspar ne comprend pas ce que je fais et me signale qu'il me manque un poste !!! Ensuite mauvaise attaque sur la 8 et finalement c'est lui qui prend les choses en main. Après mes 2 boulettes je n'ai plus qu'à fermer ma gu..... Encore une belle galère sur la 12, on pense être au bon endroit (on y est), mais 10 mètres au dessus (pas lu la déf : grotte/caverne).

    Le fiston me met définitivement dans le rouge sur le retour vers Feuguerolles. J'ai bien eu dû mal à le suivre en course et il à orienté mieux que moi, rien à dire de plus sauf que j'ai pris 10 ans d'un coup !!! (pas encore 20)

    Le récit de Fred T (avec Nono sur le Marath'o)

    Pour ma part cette CO est sans doute la plus sympa, variée, et la plus difficile que j'ai eu l'occasion de courir jusqu'ici. (C'est aussi mon premier "marathon"). Notre ciel n'aura pas été clément avec nous! nous avons sillonnés certains tronçons sur lesquels il était quasi impossible de courir à allure raisonnable tellement ça glissait (on aurait dû essayer le moonwalk!), des lignes électriques que l'on ne pouvaient plus voir... bref, un mélange propice à la rigolade et aux gadins! Mon genou va mieux mais commençait à se gripper sur la fin. 6 cartes! ça fait beaucoup quand même! Le lendemain je rêvais que j'avais une maison plain pied !

    Cela n'en reste pas moins une sacrée aventure et un vrai régal !
    Un p'tit cours d'orientation au passage et un excellent moment!