• Ça Te Dit Night Fever 2014 - Compte-rendu

    Compte-rendu de Thibaut R, sur le Marath'O

    Pour ce Marath'O de la Ça Te Dit Night Fever, nous devions faire équipe à 4 avec Jean, Arnaud et Sylvain. Forfaits de dernière minute pour Arnaud et Sylvain, on se retrouve finalement à deux avec Jean, ça risque d'être dur pour moi, vu mon gros manque d'entraînement des dernières semaines. Une bonne angine m'a rejoint pour le week-end, cela ne va pas aider à respirer.

    Avant le départ prévu à 16h, un équipier doit effectuer un petit jeu d'orientation, sur une zone avec 9 plots. Une petite pensée pour Hélène et Sophie qui ont habituellement quelques difficultés dans ce type d'épreuve ! On a le droit à un parcours d'essai (où je fais des erreurs en allant trop vite) puis chrono sur le parcours officiel (32 secondes). Le résultat donnera l'ordre de départ (écarts × 10).

    La première équipe à s'élancer est « Les tyrannosaures », des raideurs orienteurs bien connus du Nord de la France. Un paquet de 5 équipes part 50 secondes plus tard, puis c'est notre tour encore 10 secondes après. On récupère nos 6 cartes chacun et on attaque par la première dans le bourg de Feuguerolles (urbain + parc). On est la seule équipe parmi les premières à tourner dans le sens anti-horaire (cette section est l'une des deux seules en ordre libre). On met un peu de temps à rentrer dans la carte pour la première balise, mais la suite s'enchaîne bien et le rythme de course est élevée.

    On arrive à l'entrée du labyrinthe (balise 16) en une vingtaine de minutes. Nous sommes les premiers et Jean me laisse l'honneur de le faire. L'ordre est évidemment imposé et le temps est multiplié par 5. Il faut donc s'appliquer. Cela se passe bien (on fait le meilleur temps sur cette section) malgré un chemin pas tout à fait optimisé sur un enchaînement. Trois équipes entament le labyrinthe quand on le quitte. C'est bon pour le moral.

    La section suivante s'annonce comme l'une des plus difficiles sur une carte IOF très technique. Heureusement, on l'attaque de jour. On évite la grosse boulette de peu sur une balise double (30 et 40). Jean voulait filer directement à la 41 après la 30. A part ça, l'enchaînement est correct, il y a de la ronce partout, je prends une belle gamelle et manque de tomber dans une petite mare. Cette zone est bien physique et on ne baisse pas trop le rythme. Un petite erreur dans l'enchaînement 38-39 nous fait perdre une bonne minute mais la suite se passe bien. On quitte le bois et on redescend au niveau de la voie de chemin de fer. Une traversée dans les épines pour pointer la 43, puis cap au Sud.

    On remonte dans un champ, puis dans un mini-bois où l'on pointe sans souci les 7 balises suivantes. Lors d'un aller-retour, on attend une équipe derrière, on se doute qu'il s'agit du Team Ding'O, composé des frères Miléo et d'Yves Gilles. En analysant les pointages, on aura confirmation qu'il s'agissait bien d'eux, environ 3 minutes derrière à ce moment.

    Retour sur la voie verte pour une longue liaison où il faut vraiment courir. C'est sur ce type de portions que je peine le plus à suivre Jean (on n'a pas la même foulée …). Les 5 kilomètres suivants se font au Road-Book, pas de souci d'orientation, on remonte sur un côteau (rive droite de l'Orne) pour redescendre un peu plus loin dans un vallon et retrouver la voie verte pour quelques kilomètres. On sort l'élastique de traction et je m'accroche derrière Jean. Cela permet de garder l'équipe homogène, et je pense que ça m'oblige à accélérer un peu.

    On arrive sur une nouvelle carte IOF, en face d'Amayé sur Orne, toujours rive droite. La nuit commence est maintenant bien tombée et on attaque une zone peu évidente. La végétation est piquante et assez dense. Quelques hésitations aux abords de la 58, mais on la trouve sans trop perdre de temps. Je réalise alors où l'on est situé : juste en-dessous de Mutrécy, en bas des champs qui mène à la forêt de Grimbosq. Changement de carte, on récupère donc celle de Grimbosq. 15 balises dans la forêt, à pointer en ordre libre, qui vont nous faire descendre jusqu'au Sud de la forêt. La carte aura été rentabilisée ! On décide de tourner dans le sens anti-horaire, et on reprend donc la voie verte un bon moment (avec l'élastique de traction), ce qui nous permet d'établir notre stratégie de course dans la forêt. Je me rends compte que l'élastique c'est bien au premier abord, mais cela modifie ma foulée et des crampes apparaissent déjà (je me suis pourtant hydraté correctement depuis le début). Ce n'est pas bon signe au bout d'un peu plus de deux heures de course (il en reste certainement au moins 4h30, d'après les prévisions des Vik'Azim). Les crampes passent quand on attaque la remontée dans la forêt en direction de la balise H.

    Compte-tenu de la difficulté de la zone (limite de végétation pas toujours marquée), on s'en sort correctement. On récupère du chemin et c'est reparti. Retour des crampes pour moi, la suite risque d'être longue. Pas de souci pour les balises E et F. Jean choisit ensuite l'option Ouest, par la route, un peu plus longue mais où l'on peut courir. C'est dur pour moi mais on maintient le rythme. On arrive sur la balise N, juste après le Team Ding'O (qui a choisi une trace plus directe que la nôtre et qui court plus vite !). Stratégie différente pour la suite (avec le recul, meilleur choix sans doute pour eux), on file chercher la balise la plus au Sud (L), puis les balises K et M sans souci. On perd un peu de temps sur la R, mais c'est très raisonnable. Pas de souci sur la O, même s'il y a plus de chemins (de débardage) en réalité que sur la carte. Descente, traversée du ruisseau et remontée en direction de la balise C. On retrouve le Team Ding'O qui nous donne la balise. Ils en ont une d'avance, vers laquelle on se dirige ensuite. Petit manque de concentration pour moi sur la sortie de poste précédente, mais c'est bon pour Jean. Pointage de la J, puis retour vers le Nord sur un chemin large et descendant.

    On perd un peu de temps sur la balise suivante (I). On arrive sur la zone que l'équipe des Coyotes vient de quitter. Ils ont l'air de tourner dans l'autre sens et commencent donc juste la forêt de Grimbosq. Pas de souci sur la balise D, même si Jean pensait qu'elle était plus loin. Petite hypo, plus quelques crampes un peu plus loin pour lui dans une montée bien raide. Balise G pointée, puis au tour de la A qui termine notre "petit" tour dans Grimbosq. Nos soucis physiques dans cette fin de section, et quelques choix pas forcément judicieux nous ont fait perdre pas mal de temps, et les temps détaillés indiquent que nous sortons de la forêt à 15-16 minutes du Team Ding'O, et juste devant Julien Charlemagne qui court seul, son équipier ayant déclaré forfait. On remonte vers Amayé (rive gauche de l'Orne) par des chemins où l'on part correctement. De nouvelles crampes pour Jean en passant sous une clotûre du côté de la balise 75, où Julien Charlemagne nous rattrape. On fait un petit bout ensemble à travers champ, puis il nous lâche lors du changement de batterie de la frontale de Jean, qui prend pas mal de temps. A la sortie d'Amayé commence une C.O mémo, avec des extraits d'IGN. On sait qu'il faut être prudent car grosse boulette l'année dernière sur la mémo (hein Jean ?). Tout se passe bien, mis à part que je souffre pour m'accrocher à la foulée de Jean (plutôt 15 mètres derrière). Après un passage sur un chemin sympa, avec des rochers qui surplombent, on arrive à une fouche. Aucune idée de la direction pour Jean, pas de doute pour moi, c'est à gauche (l'avantage d'être deux). La montée est raide, et en haut, Jean aperçoit une frontale en contre-bas. C'est Julien Charlemagne qui a pris la mauvaise direction à la fourche. Il apercevra nos frontales qui le recaleront. 

    On rejoint ensuite un côteau boisé, où l'on retrouve beaucoup d'équipes du 20 km (biche). Il faut rester concentré, mais tout s'enchaîne sans souci. Cela fait drôle de voir autant de monde d'un coup, sachant que nous avons croisé 7-8 personnes seulement lors des 5 dernières heures. Au niveau de la balise 85, on croise Laurent et Céline, qui ont un souci de doigt électronique. Une grosse portion de course à pied nous permet de rejoindre la dernière zone de C.O, un petit bois au milieu des champs. Jean relance le rythme, je m'accroche. A part une erreur sur la 90, le reste s'enchaîne bien et il reste à galoper jusqu'à l'arrivée (avec un détour jusqu'à la 94). On franchit l'arrivée après 6h02 de course, en deuxième position, à un peu plus de 10 minutes du Team Ding'O (à qui l'on a repris un peu de temps sur le retour de Grimbosq) au bout de 45 km de course. Julien Charlemagne arrive près d'une demi-heure plus tard, mais avec deux balises manquantes apparemment.

    Avec le coefficient 5 appliqué sur le labyrinthe, nous sommes toujours 2ème mais à moins de 8 minutes du Team Ding'O (Yves, Julien et Simon). Les 3èmes sont les Tyrannos, à un peu plus de 50 minutes derrière nous. Belle perf' d'Hadrien et Laura, 9èmes au scratch et vainqueurs en mixte.

    Vraiment satisfait de cette course où l'orientation s'est super bien passée et a plutôt bien compensé le physique (c'est essentiellement le mien qui a fait défaut, mais Jean a également eu quelques crampes et de petites hypos). Encore une fois, les Vik'Azim nous ont préparé une superbe épreuve et il faut saluer l'énorme boulot de cartographie (90 % du parcours sur carte IOF sur cette distance, bravo !). Mention très bien également pour la soupe et le repas bio d'après course !